Fehler melden.
Types de fichiers acceptés : jpg, jpeg, gif, png, Taille max. des fichiers : 8 MB.
- eine Kopie wird an diese Email versendet.
Panier Il y a 0 produit(s) dans votre panier
Demande de Devis
fermer Organisez une consultation vidéo en direct

Apprenez à connaître nos produits et clarifiez les questions techniques
rapidement et facilement lors d'un appel vidéo avec nous !

prendre rendez-vous
Votre partenaire pour mobilier urbain
Consultation vidéo en direct

Ce qui nous unit



Stadtplanung und Identität

Les villes sont, dans la plupart des cas, des structures qui ont grandi au fil des années. Ce qui nous paraît souvent arbitraire et aléatoire est en réalité une suite de changements qui ont été, au moment de leur implémentation, une intervention raisonnable dans les structures urbaines existantes – toujours en fonction des conditions, des exigences et des possibilités ce celles-ci.

Depuis quelques années, les réflexions urbanistiques se concentrent à nouveau davantage sur l’espace urbain, prenant en compte des intérêts bien différents. Les changements prévus n’ont pas toujours pour objet la fonctionnalité ou l’esthétique. Un aspect élémentaire est l’identité que les habitants reçoivent de « leur » ville et qu’ils lui redonnent à leur tour. L’identité urbaine est ce qui unit les êtres humains dans un certain endroit. Mais pour elle, c’est comme pour les villes : elle a grandi, elle change constamment et elle n’est pas du tout homogène.

Sommaire

L’identité, un volet de l’urbanisme

Aussi complexe que soit une ville croissante dans son ensemble, la planification et la conception des changements et des transformations dans de telles conditions ne sont pas moins difficiles

Les différentes dimensions de l’urbanisme

La première difficulté se présente tout de suite au niveau linguistique, car il faut bien faire la différence entre urbanisme et développement urbain. Ce dernier terme pas nécessairement compréhensif d’emblée, car il comprend une multitude d’aspects. Il indique tous les processus qui se passent au sein d’un espace urbain, ce qui laisse entendre la portée de cette terminologie.

Le développement urbain comprend ainsi les processus spatiaux, démographiques, économiques et sociaux ainsi que leur impact sur la structure d’une ville. Il est donc tout à fait légitime de parler de développement urbain dans des contextes différents :

  • Dans l’histoire urbaine, on y entend la perspective historique.
  • Dans le domaine de la responsabilité d’une administration municipale, le terme doit être compris comme tâche de planification.
  • Le développement urbain est également concevable comme terme générique pour l’ensemble des tendances de développement perçues et attendues d’une ville.
  • De plus, un quatrième emploi du terme s’impose, à savoir comme principe directeur. Le développement urbain est alors soumis à un principe général, auquel doivent s’orienter toutes les mesures et toutes les actions dans le contexte urbain.

Déjà de cette courte réflexion sur le concept du développement urbain, des dimensions différentes se laissent déduire. La plus évidente, car visible à tout moment, est la dimension structurelle et spatiale – dans elle se manifeste la croissance d’une ville. Guère moins importantes et en principe indissociables sont la dimension fonctionnelle – comment les espaces urbains sont-ils utilisés ? comment pourraient-ils être utilisés ? – et la dimension sociale, c’est-à-dire les multiples facettes de la « vie urbaine ».

Hamburg

Dans la suite de notre article, l’idée de la planification se trouve au premier plan, bien que la transition vers d’autres significations du terme de développement urbain soit souple. À quel point, se montre en jetant un regard sur les différentes perspectives auxquelles doivent s’orienter les projets de planification concrets.

  • FonctionnalitéCe domaine ne s’occupe pas seulement des fonctions variées d’un espace urbain, mais aussi de la question si ces différents usages sont compatibles entre eux. La conception doit également assurer que les différents usages prévus auront un caractère bien défini.
  • EsthétiqueL’esthétique est un critère subjectif soumis à des préférences variables. En ce qui concerne l’architecture, il convient de vérifier si les solutions envisagées sont non seulement actuelles, mais aussi appropriées en général et si leur fonction s’exprime en termes de conception. En même temps, l’atmosphère agréable d’un espace fait également partie de ce domaine.
  • DiversitéUne ville n’est pas une entité homogène. Pour cette raison, un mélange de différents usages est requis. Par diversité, on entend aussi la mesure dans laquelle existent des amalgames sociaux, culturels et juridiques dans le paysage urbain. En outre, il se pose la question de la diversité spatiale et atmosphérique.
  • FlexibilitéLa flexibilité se reflète dans de nombreux aspects, par exemple dans les usages variés que peut avoir une construction. Des différentes stratégies pour la mise en œuvre, le développement indépendant des éléments d’un projet, le passage de certains de ces éléments à des sites alternatifs, sans altération du concept global, sont d’autres exemples de la flexibilité dans le développement urbain.
  • Efficacité des ressourcesLa durabilité est un facteur de plus en plus important dans le développement urbain. C’est pourquoi les aspects tels que la réutilisabilité, les utilisations ultérieures, les normes écologiques et énergétiques actuelles jouent un rôle tout autant que la conservation des ressources, en cas de doute en évitant une intervention. La (re)structuration d’un espace public peut aussi être exécutée avec un effort plutôt faible, sans pour autant perdre de sa haute valeur esthétique. Avec des bollards et des bornes, un multitude d’exigences urbanistiques peuvent être satisfaites.
  • Efficacité structurelleAu cas idéal, les éléments individuels d’un concept sont liés les uns aux autres et forment un thème global harmonieux – le seul moyen pour obtenir des effets de synergie vers l’intérieur et des effets d’attractivité vers l’extérieur.
  • Capacité du processusL’urbanisme n’a souvent plus d’approche de haut en bas ; il s’agit plutôt de confirmer les mesures planifiées et y contribuer à travers des formes différentes de collaboration et de participation. Pour ce faire, il faut probablement modifier de tels projets dans leur processus et les développer dans d’autres directions, éventuellement en plusieurs étapes.
  • RéalisabilitéLa réalisabilité ne comprend pas seulement les moyens financiers et les pouvoirs nécessaires, mais aussi l’option de partenaires variés lors de la mise en œuvre ainsi que certains autres facteurs.
  • RentabilitéLes budgets municipaux sont souvent une affaire délicate ; un cadre financier pour les projets urbanistiques est donc important. Il faut entre autres calculer à l’avance les risques relatives aux coûts ainsi que les frais d’exploitation et de maintenance courants. Dans le domaine du mobilier urbain, les innovations technologiques d’ABES peuvent contribuer à minimiser ces frais.
  • IdentitéOutre tous ces aspects, des questions relatives à l’identité unique d’une ville font partie des points de référence pour les développements futurs : de quelle manière un plan de ville historique peut-il être suffisamment pris en compte, et comment les projets affectent-ils la silhouette renommée de la ville ?

Mais il n’est pas encore clair en quoi l’identité urbaine consiste exactement. Bien que le paysage urbain, avec ses bâtiments et ses monuments remarquables, ne soit pas sans signification pour le « caractère » unique d’une ville (pensez aux métropoles du monde et leurs édifices emblématiques), son identité ne dérive cependant pas seulement de son architecture.

Les différentes dimensions de l’identité urbaine

Aussi, l’identité d’une ville n’a pas seulement un effet extérieur, comme il est le cas si on la réduit à son image structurelle. En grande partie, l’identité urbaine est un phénomène dont l’effet se dirige vers l’intérieur, qui connecte les habitants à « leur » ville. Ce qu’on pourrait appeler « l’essence de la ville » est devenu, à des fins de marketing, « l’image », la réputation que la ville a auprès de ses résidents et ses visiteurs.

Mais cela n’explique pas non plus vraiment le concept de l’identité urbaine, car elle est la somme de plusieurs facteurs différents :

  • Chez les résidents, elle s’exprime comme « sentiment d’appartenance », résultat des expériences faites en situations de crise et des processus d’apprentissage afférents, ensemble avec la conscience du caractère unique de leur ville.
  • L’identité urbaine est toujours construite socialement : ce ne sont pas les bâtiments, ni les rues, ni les parcs etc., mais ce sont les gens qui développent et mettent en scène leur idée de la ville – et cela non seulement sous forme structurelle. Il s’ensuit donc que l’identité d’une ville n’est jamais homogène, mais plutôt diverse et compétitive avec d’autres conceptions.
  • À l’inverse, un certain consensus social est nécessaire pour pouvoir parler d’identité urbaine. Elle reste néanmoins variable, doit être adaptée à différentes situations et évolutions et éventuellement être renouvelée et consolidée continuellement, sans jamais être complètement rigide.
  • L’identité se forme également – notamment en ce qui concerne la croissance historique des villes – au niveau de la fonction (de capitale, de ville industrielle, de ville universitaire, etc.) ainsi que par la présence d’une architecture unique. Dans quelle mesure l’histoire, les symboles et l’architecture peuvent former un ensemble créateur d’identité et quel effet cela peut avoir sur les gens n’a été démontré que récemment, en 2019, lors de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La signification de ce bâtiment va bien au-delà de sa fonction d’église ou d’exemple d’architecture gothique de renommée internationale.
  • À cause du fort ancrage social, un public actif et autodéterminé fait toujours partie des conditions préalables à la formation de l’identité – afin de renforcer, voire changer cette identité. Un nouveau concept identitaire n’a donc de perspective d’être accepté que s’il est développé ensemble avec les habitants concernés et leurs idées.

Dans un rapport d’atelier sur les processus de la formation d’une identité au niveau des grätzel (terme autrichien qui désigne une partie d’un quartier résidentiel), le OPK (Offenes PlanerInnenkollektiv), une association autrichienne pour l’aménagement du paysage, l’art, la culture et la pédagogie environnementale, renvoie aux trois niveaux qui jouent un rôle dans la formation d’identité liés à un certain espace, dans ce cas un espace urbain :

  1. L’identification de l’espace – dans ce rapport d’atelier, les grätzel concernés ; en termes plus larges, un quartier ou la ville elle-même.
  2. L’indentification de la personne dans cet espace.
  3. L’identification de la personne avec l’espace.

Le résultat de l’étude du OPK sur la relation entre l’espace et l’identité est formelle, car l’espace (public) contribue manifestement à la formation de l’identité.

La ville et le sentiment d’appartenance

À l’instar de l’identité urbaine, il en va de même pour le sentiment d’appartenance envers une ville particulière. En termes de sentiment subjectif et de concept social au moins, les conditions sont très similaires. Le sentiment d’appartenance et l’identité doivent par ailleurs être constamment contrôlés : la dimension historique du développement urbain indique déjà que la ville, l’identité et le sentiment d’appartenance sont sujets à un changement perpétuel.

La disparition de constructions historiques suite à des interventions urbanistiques est un tel changement. Parfois cela signifie que des symboles structurels distincts vont changer, que des points d’identification importants vont être perdus à jamais. Ces aspects sont cependant très importants pour la relation que les gens entretiennent avec leur lieu de résidence – bien que de manière très différente.

Beirut

Cela se montre particulièrement au cas où les idées des différentes générations de ce qui fait de leur ville un chez soi, quelle est son identité, se heurtent. Un exemple classique de ce dilemme sont les discussions nombreuses sur la reconstruction de constructions historiques, en particulier lors de la reconstruction du Château de Berlin.

Le souhait de reproduire l’image du centre (historique) de Berlin a été sujet à maintes controverses : les critiques ont accusé le projet d’un historicisme qui ferait revivre le règne prussien, contrastant fortement avec la démocratie d’aujourd’hui. Sans oublier le traitement du passé de la RDA, qui, avec le Palais de la République, avait déjà dû céder la place au même endroit et qui est maintenant remplacé par un monument baroque.

Malgré cela, la fin des travaux de reconstruction du Château était prévue pour 2019 (2020 pour certains domaines), et la discussion sur sa signification pour l’identité berlinoise (et allemande) ne va probablement pas prendre fin. Mais cela fait aussi partie de la recherche de l’identité. Le chez soi, comme l’exemple nous montre, est à la fin toujours dans l’œil du spectateur et est associé à une grande variété de sentiments et d’idées. Pour l’urbanisme, cela reste un grand défi.

Formation identitaire « à petite échelle »

Ce qu’il ne faut pas oublier au vu de ces « grands » débats à l’impact suprarégional : la formation identitaire se fait beaucoup plus souvent « à petite échelle », dans les zones urbaines gérables. Un facteur de plus en plus important sont les quartiers qui ont déjà leur caractère structurel unique pour des raisons historiques – entre autres certains groupes professionnels en un seul endroit, etc. – et peuvent différer les uns des autres de nombreuses manières différentes.

Ils sont importants car ils sont souvent le point de référence immédiat pour la formation identitaire. Ici, les gens vivent, travaillent et communiquent : le moyen le plus simple de créer un sentiment d’appartenance. Ici, simplement en raison du cadre plus étroit, il est plus facile d’orienter le développement urbain vers les besoins des gens. Cela est notamment imputable au fait que cette évolution est, dans bien des cas, portée par les habitants du quartier eux-mêmes.

Augsburg

La ville : concept sociétaire et mémoire historique

L’urbanisme et l’identité ont parfois une liaison compliquée, ce qui est principalement dû au fait que l’identité urbaine jette toujours un regard en arrière : sur ce qui était et sur ce qui a poussé la ville vers où elle est aujourd’hui. Cependant, les idées urbanistiques se consacrent plutôt au présent et plus encore au futur, et remettent souvent en question le passé.

Bien sûr, cela conduit aux discussions, comme le montrent les plans de réaménagement du centre historique de Berlin ou bien le sort de l’« Institut für Lehrerbildung » à Potsdam. Sans aucun doute, la ville et son image ont une fonction de mémoire historique qui joue son rôle dans la formation de l’identité. En même temps, cette image est née elle-même d’une histoire mouvementée et a été sujette à divers changements.

Pour les urbanistes voulant rendre les changements compatibles, ces contradictions créent souvent des conditions difficiles.

Les villes, enfants de leur époque

Le développement urbain vise toujours les problèmes actuels et essaie de les résoudre le plus durablement possible face au futur. Cependant, cela ne peut réussir que s’il existe une compréhension de base des constructions structurelles grandies d’une part et des contextes sociaux d’autre part. Le problème : les longs traits du développement ne sont pas toujours entièrement compréhensibles pour les résidents du présent, même s’ils s’identifient intimement avec leur ville.

Pourtant, cela ne signifie pas que de nombreuses villes allemandes ne seraient pas conscients de leur passé qu’il ont fortement lié à leur identité : dans de nombreuses villes allemandes, le patrimoine médiéval et de l’époque moderne est encore bien présent, et parfois même les racines antiques.

Mais cela ne change pas le fait que toutes ces villes ont subi des transformations importantes, car elles ont toujours dû faire face aux problèmes des époques respectives. L’équilibre délicat entre le renouvellement nécessaire et l’expansion d’une part et la préservation de ce qui a grandi d’autre part est un thème récurrent, tout comme la croissance et la décroissance.

Industrialisation : les villes se transforment en métropoles

À l’époque le l’industrialisation, de nombreuses villes ont vu une croissance rapide quand elles se sont développées vers la fin du XIXème siècle – tard mais rapidement – en grands centres industriels. Les premières métropoles émergentes ont apporté avec elles de nouvelles structures et de nouveaux problèmes : des quartiers ouvriers se sont établis aussi bien que des zones industrielles. Des différences distinctes entre le centre et la périphérie se distinguaient, notamment au niveau social.

Des problèmes sociaux, hygiéniques et infrastructurels ont rendu nécessaire d’intervenir dans la planification du développement de la ville, par exemple pour garantir l’approvisionnement en eau et en énergie ou pour intégrer des systèmes de canalisation ainsi que des routes et des différentes formes de mobilité, etc. La ville était de plus en plus comprise comme une entité qui ne pouvait fonctionner que grâce à une planification globale. Dans de nombreux domaines, le début du XXème siècle a annoncé une période de modernisation considérable.

Hiroshima

Reconstruction et décentralisation après la Seconde Guerre mondiale

Les acquis y relatives ont été en grande partie perdus suite à la Seconde Guerre mondiale. Après la fin de la guerre, « développement urbain » signifiait « reconstruction ». Au niveau structurel, le concept d’une ville structurée et allégée avec des espaces verts a été encouragé, tandis qu’au niveau fonctionnel, tout était caractérisé par la décentralisation. À partir du début des années 1970, les organismes gouvernementaux se sont rendues à Bonn, Hambourg et Düsseldorf sont devenues les centres commerciaux, Francfort s’est transformée en métropole financière, et les compagnies d’assurance ainsi que la culture et les médias se sont installées à Cologne et à Munich.

Somme toute, un changement était en cours dans les villes – une suite du boom économique et de la foi dans le progrès technique –, en particulier dans les centres. La densification et la commercialisation ainsi que la construction moderne et favorable aux automobiles étaient les sujets déterminants du développement urbain. C’était l’époque des maisons particulières de banlieue et du Plattenbau.

Les nouvelles villes branchées

Dans le passé récent, le manque de logements dans les villes et les demandes d’emploi ont joué un rôle important dans la planification et la conception de la ville de demain. Outre les métropoles, le choix du lieu de résidence des jeunes générations a créé des villes dites branchées. Donc des villes dont l’attractivité est suffisamment grande pour des personnes aux mêmes intérêts et idées pour qu’elles s’y installent et augmentent de manière significative le nombre de la population.

Pour le développement et la planification de ces villes, il est donc important de relever leur points forts particuliers – en tant que sites numériques, scientifiques ou technologiques. Après tout, il est important d’attirer, entre autres, des travailleurs qualifiés nécessaires pour l’économie locale. L’identité et l’image devront donc être ajustées selon ces points de vue.

Reconstruction et héritage historique, les fondements de l’urbanisme

Les questions d’urbanisme actuelles ont souvent pour sujet la recherche de solutions pour des logements abordables, tandis que dans les régions rurales, le nombre de logements vacants est croissant. Les problèmes urgents nécessitent des réponses rapides. Le besoin de valeurs conceptuelles et reconnaissables doit alors céder le pas à une réalisation aussi rapide que possible et aux intérêts économique

Bamberg

En 2019, le 100ème anniversaire du Bauhaus a montré à quoi peuvent ressembler des solutions architecturales durables. Bien que centenaires, les créations issues de l’école Bauhaus sont jusqu’à ce jour considérées comme modernes et intemporelles en même temps. Cela leur confère un avantage considérable sur les bâtiments bien plus anciens dont l’entretien et l’intégration dans le développement urbain contemporain sont jugés difficiles.

Il y a lieu de ne pas porter le regard que sur la valeur culturelle de l’architecture, mais aussi sur les valeurs écologiques et économiques. Elle est une ressource importante, d’une part pour répondre aux besoins des villes en croissance et d’autre part pour l’identité de ces villes. Les constructions anciennes sont dotées d’un potentiel important pour jouer un rôle dans la conception de l’avenir urbain : pour mettre l’accent sur les structures grandies et les points de référence, pour assurer la diversité, pour économiser les ressources – et bien sûr pour préserver le caractère et l’identité des villes.

Sources :

Développement urbain
Stadtentwicklung erklärt, urban-digital.de/stadtentwicklung/

Identité urbaine
Identität bauen. Positionen zum Wesen unserer gebauten und gelebten Umwelt, Bundesministerium für Verkehr, DL_IdentitaetBauen.pdf

Städtische Identität. Vielfalt in den Zentren von Klein- und Mittelstädten – sozialräumliche Integration, städtische Identität und gesellschaftliche Teilhabe, Bundesverband für Wohnen und Stadtentwicklung e.V., 2016-04-27_kuder_vortrag.pdf

Identität und Raum. Beiträge des öffentlichen Freiraums zu Prozessen der Identitätsbildung auf Grätzelebene, OPK – offenes PlanerInnenkollektiv, Verein für Landschaftsplanung, Kunst, Kultur und Umweltpädagogik, b008481.pdf

Baukultur Berich. Erbe – Bestand – Zukunft 2018/19, Bundesstiftung Baukultur, baukulturbericht201819.pdf

Études de cas
Die HafenCity Hamburg. Identät, Nachhaltigkeit und Urbanität, DP_Identitaet__Nachhaltigkeit_und_Urbanitaet_final3.pdf
Stadt und Identität zwischen Corporate Identity und Dekonstruktion. Am Fallbeispiel „Quartier an der Stadtmauer“ in Bamberg, Bachelorarbeit_Kundmueller_Text.pdf

Images
Couverture : fotolia.com © eyetronic
Image Beirut: fotolia.com © marcociannarel
Image Hiroshima: fotolia.com © f11photo
Image HafenCity: fotolia.com © powell83
Image Augsburg: fotolia.com © Manuel Schönfeld
Image Bamberg: fotolia.com © Ruslan